Français English 

Le blog de Cédric GUILLAUME-CORBIN


Cliquez pour agrandir l'image


      Quelques instants du quotidien d'un paysan, vigneron à Vinsobres.

Déménagement ...

samedi 5 novembre 2011, 08:03

Mon blog est désormais disponible à l'adresse suivante :

http://domaine-la-pequelette.over-blog.com/

blog cédric GUILLAUME CORBIN

Certification

vendredi 4 novembre 2011, 16:32

La Péquélette est aujourd'hui officiellement certifiée en agriculture biologique et bio-dynamique (DEMETER), contrôlée par les agents de Qualité-France SAS.

Bien que travaillant en bio depuis de nombreuses années et en biodynamie depuis 2006, j'ai longtemps hésité à lancer la certification du domaine.

J'avais de nombreuses réticences à cette certification :
  • Economique : le coût des contrôles est loin d'être négligeable, sans compter les différentes cotisations aux divers organismes ou associations qui encadrent et accompagnent les postulants à la conversion.
  • Administrative : encore des paperasses à remplir !
  • Marketing : je trouve insupportable les fermes qui vendent "du BIO" avant de vendre leur production, des panneaux avec "en bio", plus gros que le nom du domaine !

Et puis, la pression de ma femme et de certains clients grossistes , la dérive de l'argumentaire de certains domaines faisant "presque du bio" ( !!!), le discourt ambiant à la mode qui avec la mise en avant de deux coccinelles ou trois pâquerettes veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes (même Mac Donald's a remplacé le rouge de fond de son enseigne en vert !), m'ont convaincu.

Par souci d'honnêteté, pour être crédible et malgré tous mes griefs contre ce système, la certification est actuellement le minimum de garantie que je dois à mes clients. 
Cliquez pour agrandir l'image

Revenant

mardi 5 juillet 2011, 14:02

Ca y est ! après de nombreux mois d'absence, quelques problèmes d'ordinateur et de mise à jour aujourd'hui réglés, me voici de retour !





Aérien ...

mardi 1 février 2011, 07:24

Ce matin sur la toile, par Corinne COME vigneronne en bordelais.
"Les anges seront taxés" le 31 janvier 2011.

Et selon la réplique culte de Michel AUDIARD dans la bouche de Lino VENTURA dans "Les Tontons flingueurs" :
"Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît ..."

Blog "domaine champ des treilles"
Cliquez pour agrandir l'image

Sur la toile ...

mercredi 26 janvier 2011, 07:15

"Brouillards fertiles" Marc DALBAVIE, le 11 janvier 2011.

Merci collègue, pour cet instant de poésie ...


Domaine de la voie blanche
Cliquez pour agrandir l'image

Sur la toile ...

jeudi 20 janvier 2011, 08:09

A lire sur le blog de Hervé BIZEUL  "Tranquille, dans mon marécage ..."
Article du mercredi 19 janvier 2011.

Vignerons, nous sommes des chefs d'entreprise, c'est vrai.
Mais de grâce, laissez nous le temps de travailler nos vignes, nos vins !
Notre métier , notre vocation, notre passion est de produire du vin, du plaisir de la convivialité ...

Merci collègue.

Hervé BIZEUL
Cliquez pour agrandir l'image

Meilleurs voeux !

vendredi 7 janvier 2011, 08:54

Et pour commencer l'année, un lien vers le blog d'une vigneronne en Beaujolais : "Botox ou pas ?" (jeudi 6 janvier 2011)
Faut-il présenter ses vins aux concours ? dans les guides ?
Faut-il comparer ses vins avec ceux du voisins ?

Je me pose depuis longtemps (2005, le début de La Péquélette) la même question sans avoir trouvé une réponse.

J'ai, pour l'instant, coupé la poire en deux !
Je présente mes vins aux guides et autres revues bachiques, mais je refuse les concours.

Soyons honnête, une citation ou les éloges flatteurs d'un dégustateur émérite font plaisir et flattent l'ego, mais l'émotion est encore bien plus grande à recevoir les félicitations d'un client pour le plaisir qu'il a eu à partager mon vin avec des amis ou de la famille :
"- Tiens, hier j'ai ouvert une de vos bouteilles.
Ah !! la cuvée Emile 2006 sur un canard à la broche ... Un grand moment !!"

Ce sont là mes vrais médailles.
Domaine les Côtes de la Molière

Agriculture : la culture du vivant ...

mercredi 15 décembre 2010, 08:52

Ci-dessous, un article paru dans le blog du "Domaine de la voie blanche" écrit par Marc DALBAVIE vigneron en Périgord.

Merci collègue !!!
Je signe des deux mains.


" La viticulture In Situ...!
Par marc Dalbavie, samedi 28 novembre 2009 à 02:10 :: travail de la terre

Fukuoka dit qu'il ne faut pas s'épuiser à cultiver, mais qu'il faut s'intégrer à l'énergie naturelle pour faire ce que la Nature fait mieux que l'Homme: donner la vie et faire pousser la végétation. Il pronne l'attitude du "Non Agir", ce qui est difficile à comprendre pour des occidentaux. J'ai souvent pensé à cette idée et je me suis rendu compte à quel point, l'acte agricole était un acte qui pouvait être mortifère. Il m'a toujours semblé qu'utiliser des herbicides pour tuer la flore, des pesticides pour tuer la faune, des labours profonds pour tuer le sol, et bientôt des OGM pour tuer la reproduction... tout cela n'était finalement qu'une machine de mort. Tout l'effort était donc de tuer le vivant pour que la seule plante que l'on désire cultiver, soit seule en temps qu'espèce, mais reproduite à des millions d'exemplaires... à l'image d'un champs de maïs dans le Dakota! Je ne suis jamais arrivé à me faire à l'idée que bien cultiver c'était tuer le vivant. Et finalement, que cette façon d'être agriculteur, non seulement demandait beaucoup de travail, de gas oil et de machines dispendieuses, mais que tout ces efforts avaient pour conséquence un malaise profond: moi paysan, je veux donner la vie et pour cela je massacre le vivant. Depuis plusieurs années, et surtout depuis la lecture de Fukuoka, j'ai réalisé que je ne devais pas cultiver contre la Nature, mais avec elle. L'attention au sol et à sa fertilité, l'élimination des pesticides et des herbicides, la pratique de labours de plus en plus rares et peux profonds, le semis d'engrais verts, l'établissement d'un couvert végétal permanent et l'entretien des haies et des bois aux alentours... tout cela devait arriver à magnifier la vie plutôt qu'à la tuer. J'ai été très heureux lorsque Yannis Araguas est venu analyser mon sol et y a trouvé une vie macro et microbienne intense... je me sentais dans ma vigne au milieu d'un immense organisme vivant. En fait j'essaie d'utiliser les énergies naturelles d'échanges chimiques pour créer une sorte de symbiose avec la vigne. Dans notre culture récente, de Darwin à Marx en passant par Adam Smith ou Machiavel; on a toujours mis l'accent sur la compétition entre les espèces, entre les classes sociales, entre les entreprises, entre les citoyens, entre les salariés... et ainsi de suite. Pourtant, on a oublié la coopération, l'entraide, la symbiose... tous ces comportements que l'on retrouve tant dans la nature que chez l'Homme. Il me semble donc qu'il y a un manque immense dans la façon dont nos cultures perçoivent la réalité, et que ce manque ne nous place que dans des situations de conflits, d'agressivités et de violences. Développer le terme de compétition sans lui adjoindre celui de symbiose... c'est comme semer une graine sans lui apporter de l'eau. Il est évident que pour moi Fukuoka m'a ouvert les yeux sur un renversement du rapport entre l'agriculture et la nature; renversement qui, au lieu d'isoler la plante cultivée du milieu dans laquelle elle se trouve, tant à l'intégrer dans le mouvement végétal de son environnement, de la rendre In Situ. C'est pourquoi je suis, depuis longtemps, receptif aux discours sur la bio diversité, car je crois profondemment que cette prise de conscience est au coeur des enjeux actuels. Je ne suis plus là pour lutter contre la nature mais au contraire pour que les forces vitales de vie qui s'échangent en permanence, profitent à ma vigne. Mon engrais c'est la l'activité biologique! C'est pourquoi, je dois arriver à diminuer mon activité pour la laisser faire par la Nature... c'est pour moi le message central de Fukuoka; passer de l'agriculture à l'agrinature!

Ainsi, l'un des derniers postes où le travail du vigneron est pénible, intense et onéreux, surtout pour un bio, est le desherbage du cavaillon. Cela fait un certain temps qu'avec éric Maille, on réfléchit à ce problème. Mon idée serait de ne presque plus travailler dessous le rang, sans pour autant mettre la vigne dans des difficultés hydriques et minérales. La discussion avec gérard Ducerf aux JTVB d'hier a été pour moi déterminante. Il m'a parlé de deux plantes qui n'ont pas besoin d'eau car elles le stockent dans leurs feuilles, qui ont des racines légères mais bien présentes pour garder une terre travaillée et souple, qui ont des feuilles qui couvrent bien le sol pour le protéger du soleil, du gel et de la battance des pluies et dont les exsudats des racines empêchent les advantices de germer. Ces deux plantes sont la Piloselle et le Plantain corne de cerf. L'autre avantage est qu'elles ont des fleurs dont les tiges ne dépassent pas 10 à 20 cm de hauteur... ce qui permet de ne pas exposer la vigne aux gelées printanières! Ainsi, je me mets à réver d'une symbiose entre le ceps de vigne et la Piloselle. La Piloselle continuerait à entretenir l'activité microbienne du sol sous la vigne sans entrer dans une compétition hydrique et nutritive. Si j'arrive à installer ces deux espèces de fleurs, je n'aurais qu'un passage d'intercep tout les 4 ou 5 ans, pour renouveller les semis. Bien entendu, il faudra envisager la rotation entre les semis, pour éviter d'ajouter à une monoculture, la vigne, une autre, le plantain ou la piloselle! Cela veut dire aussi qu'il faudra bien gérer les couverts végétaux des inter-rangs, ainsi que leurs engrais verts, pour qu'il y ait diversité, complémentarité et non concurrence. En plus, quelle magnifique paysage serait celui d'une vigne au milieu des fleurs! Plus tard je parlerai du dernier poste que je souhaiterai diminuer: les traitements phytosanitaires... et comme pour le précédent, c'est un des intervenants des JTVB qui a suscité en moi des réflexions peut-être porteuses d'avenir. "

Domaine la voie blanche

Sur la toile Bis ...

jeudi 19 août 2010, 15:36

Dégustation de "Carton rouge 2007".
Le vin rouge du mois - mai 2010
"Mon sommelier.com"

Carton rouge
Cliquez pour agrandir l'image

Sur la toile ...

jeudi 19 août 2010, 15:28

Compte rendu de dégustation des vins de La Péquélette .
Article du 22 avril 2010.

Clic !
Cliquez pour agrandir l'image

Ca y est le printemps est bien là !

lundi 3 mai 2010, 18:10

Ca y est, le printemps est bien là !

Les hirondelles sont arrivées.
La huppe (oiseau migrateur qui passe l'hiver en Afrique) vient de nous rendre visite.
Les premiers guêpiers (autres oiseaux migrateurs africains) viennent eux aussi d'arriver pour nicher.
Le chant du coucou résonne le matin au fond des bois.

Ca y est le printemps est bien là !

Dans les vignes aussi ça bouge !
Les feuilles vert-tendre commencent à se déployer.
Les premières grappes sont maintenant visibles.
Le sol s'est recouvert d'herbes fraîches.

Ca y est le printemps est bien là !

Les journées sont plus longues (et bien remplies !)
Il faut être de partout à la fois !
En cave : les vins à soutirer, les commandes à préparer.
Dans les vignes : finir de déchausser, biner, l'herbe à gyrobroyer, les fils releveurs à descendre, le premier soufre à passer.
Sans oublier : les oliviers et les truffiers à tailler, la nouvelle plantation de vigne à tuteurer ...

Ca y est le printemps est bien là !

Cliquez pour agrandir l'image

B A M V !!!

Vendredi 1er janvier 2010, 15:42

Bonne année et meilleurs voeux !

Au domaine, année nouvelle rime avec huile nouvelle !

Encore quelques jours et la récolte des olives se terminera.
C'est avec gourmandise que nous arroserons d'huile fraîchement pressée un bon morceau de pain !

Pour les amateurs, rendez vous dans un mois, les premières bouteilles seront disponibles !

Cliquez pour agrandir l'image

Travaux d'automne

lundi 9 novembre 2009, 15:24

Voici maintenant un bon mois que les vendanges sont terminées.
Les vins finissent tranquillement leurs sucres en cuve.

Cette fois ci encore, le travail de toute l'année est récompensé par de beaux vins pleins de promesses.

La pluie de mi septembre, juste avant que nous ne commencions les vendanges fût salvatrice !
Les raisins plein de sucre et de soleil n'attendaient qu'elle pour finir de mûrir harmonieusement.

Alors que la nature extérieurement semble s'endormir, les sols se réveillent et nécessitent toute notre attention.
Les forces de décomposition de la matière organique sont à l'oeuvre.
Il convient de les épauler.

Chaussage des ceps au pied, griffage superficiel de l'enherbement naturel entre les rangs et pulvérisation du "compost de bouse Maria THUNN" sont au programme cet automne.

En cave, les vins des années précédentes sont maintenant prêts à la mise en bouteille.
Il passeront ainsi l'hiver avant la mise en vente au printemps.

Trois mois ont passé ...

mercredi 12 août 2009, 11:44

Horreur ! déjà trois mois sans nouvelle ...

Allez, je vais vous la faire courte ...
De nouvelles vignes à travailler (je vous expliquerais çà un de ces jours), de nouvelles étiquettes pour habiller nos bouteilles, la cave à réaménager pour accueillir les raisins supplémentaires, des foires et des marchés pour vendre et faire connaître nos vins ...

Et voilà trois mois passés sans que je prenne le temps de vous parler des vignes qui sont splendides cette année, des petits matins de juillet, seul à la fraîche, dans les vignes, des raisins qui mûrissent lentement, des vendanges qui se préparent ...

Trois mois ont passé.
Déjà ...
Cliquez pour agrandir l'image

Cancer en lutte majeure pour vigneron ...

mardi 28 avril 2009, 06:09

Film à voir sur le site de Franck PASCAL.
C'est un peu long, mais très instructif ...

Ce qui est vrai à La Tour de France l'est aussi à Vinsobres ...

Combien faudra-t'il encore de cancers "inexpliqués" chez mes collègues vignerons ?

Combien faudra-t'il encore de tumeurs au cerveau, de leucémies, de cancers généralisés ... avant que nous ne comprenions ?

Est-il censé et réfléchi d'utiliser des produits dans nos vignes et dans nos champs, avec des listes de recommandations et de précautions d'emploi à faire pâlir le plus aguerri des chimistes ou des pharmaciens de la planète ?

 
PASCAL Franck

Bons vivants.

mercredi 22 avril 2009, 06:16

A lire et plus si affinité ... 
Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Réforme des AOC ...

mardi 21 avril 2009, 08:08

A lire sur le blog d'Hervé BIZEUL.
Lire aussi les commentaires envoyés par les lecteurs du blog.

Je partage son analyse de la situation.
H BIZEUL

Pierrot au pays des haricots ...

samedi 18 avril 2009, 17:31

Ci-dessous quelques réflexions de mon fils ainé Pierre venu me prêter main forte sur un salon des vins à Soissons dans l'Aisne.

Aujourd'hui, samedi 18 avril 2009, je suis en foire aux vins à Soissons avec mon père.
Si c'est bien organisé ?
Oh, ça oui !
Tous les exposants sont dans des box de 3m sur 3, moquette rouge sur le sol, l'ambiance n'est pas mauvaise, les gens sont sympas ... enfin bien quoi !
Un seul bémol, un seul petit reproche qui est quand même de taille : il n'y a personne !
Les rares clients potentiels qui passent devant les stands "s'enfuient en courant quand on leur dit bonjour" !
Ceux, encore moins nombreux qui osent rester, qui se risquent à goûter, ne tarissent pas d'éloges sur  la qualité des olives (Oh quel goût ! on sent bien le fruit !), le bouquet du vin (il est vraiment fruité !) pour finalement partir sans rien prendre, en annonçant qu'ils repasseront dimanche ...
Vous l'aurez compris, rien de bien concluant pour ces deux premiers jours de foire.
En espérant qu'effectivement ils repasseront dimanche ...


Merci Pierrot, pour ta présence sur ce salon.

Positive fils ! vois la bouteille à moitié pleine plutôt que celle à moitié vide.
Les longues heures d'attente ont permis de créer des liens avec les collègues vignerons des stands avoisinants.
Le temps passé à rencontrer les autres n'est jamais perdu.



Merci collègue ...

jeudi 12 mars 2009, 11:47

Il est parfois des textes que l'on aimerait avoir écrit ...
blog Hervé BIZEUL

Portrait de famille suite ...

dimanche 1 mars 2009, 14:36

Comme je vous l'avais annoncé précédemment, voici un autre membre de "la famille" :
Après l'ancêtre, la gamine.

Autrefois bois de chênes, céréales, puis lavande, la petite dernière est vigne depuis huit ans :
De beaux ceps de grenaches noirs taillés "à l'ancienne" en gobelet.

Cette parcelle, orientée au Nord, se situe dans le quartier des plaines entre lavandin et chênes truffiers (voir billet du 16/07/08).

Les ceps y sont continuellement bercés par le Mistral qui rend souvent le travail difficile (pulvérisations et traitements) et pénible (froid perçant pendant la taille l'hiver).

Cependant pour rien au monde, je ne me séparerais de cette parcelle :
  • C'est une vigne que j'ai plantée moi même, cep après cep ...
  • La nature du sol, les 350 m d'altitude et l'orientation nord donnent au vin une fraîcheur incomparable
  • Aucune autre vigne de mon domaine n'aura "connu" la biodynamie si jeune.

Autant de raisons suffisantes  pour  dire mon attachement à cette "grande vigne en devenir".

Encore quelques années à attendre pour passer d'un bon vin plein de promesses à un grand vin.

Attendre que les ceps se soit assagis, qu'ils aient perdu un peu de la fougue de leur jeunesse, que leurs racines fouillent en profondeur les entrailles de la terre.

Bis repetita ...

jeudi 8 janvier 2009, 09:38

De toute urgence deux petits films à visionner, toujours sur le blog de Pascal FRANCK, messages du mercredi 7 et jeudi 8 janvier 2009.
Pascal FRANCK

Blog à visiter.

mercredi 7 janvier 2009, 14:57


A voir, à lire, le blog d'un vigneron champenois Pascal FRANCK.
Tout particulièrement le message du 5 janvier 2009 sur le film de Jean-Paul JAUD "Nos enfants nous accuseront"
http://blogfranckpascal.over-blog.com/

"Les Vieilles".

vendredi 28 novembre 2008, 14:57

Pour ouvrir le bal des présentations, honneur aux anciens ...

Quel âge a-t'elle ?
On ne sais plus trop !
70 ans ? 75 ans ? peut-être 80 !
A cet âge là, on ne compte plus ...

Grenache, carignan et mourvèdre se partagent les 60 ares de la parcelle.
C'était la tradition à l'époque.
On assemblait à la parcelle, dans la vigne ...

Etablis en gobelet, les ceps ont connu le passage du cheval et de la mule avant celui du tracteur.
La densité de plantation était adaptée au travail manuel et à la traction animale : 2,20 m. entre rang contre 2,40 m. ou 2,50 m. pour les plantations plus récentes et 1,20 m. sur le rang contre 1 m. actuellement.

A la fin des années 90, alors que j'étais encore coopérateur, nous primes la décision, mon père et moi, de convertir la parcelle en future truffière.

Les rendements en raisins étaient de plus en plus faibles, il y avait de plus en plus de vignes manquantes, la parcelle devenait de moins en moins économiquement rentable.

Complanter des truffiers dans de vieilles vignes est une technique très pratiquée dans notre région.
Cela permet d'attendre la production de truffes avec le maintien d'un revenu sur la vigne restante.
Par ailleurs, la truffe apprécie tout particulièrement la présence de vieux ceps de vignes.

Année après année, la parcelle devint de plus en plus truffière et de moins en moins vigne, jusqu'en fin 2004 ... et la naissance de La Péquélette !

N'ayant que peu de surface, toute grappe correspondant aux critères de qualité que je m'étais fixé, fût la bien venue !

La dégustation après vinification fût sans appel : le vin né des raisins issus de cette parcelle était particulièrement bon !
Bel équilibre général, tanins fins, bouche soyeuse ...

Depuis, les millésimes suivants ont confirmé cette première impression :
Je ne peux me priver de ces raisins.

Actuellement, la parcelle est à nouveau travaillée comme une vigne.
Les truffiers ont toujours leur place.

C'est conjointement que vignes et truffiers, raisins et truffes, vont maintenant se partager la terre et l'espace pour n'être qu'un : "Les Vieilles" !




Cliquez pour agrandir l'image

Portrait de famille.

vendredi 28 novembre 2008, 09:46

Le temps est venu, alors qu'une "année vigneronne" s'achève et qu'une autre commence, de vous présenter un peu plus en détails La Péquélette.

Aujourd'hui le domaine ne compte pas moins de 14 parcelles de vignes pour une superficie totale de 7 ha environ.
Se rajoutent 2 ha de terres sans vigne (6 parcelles supplémentaires) que je prépare pour une future plantation de cépages blancs.

Chaque parcelle a son identité propre, son histoire, sa personnalité, bien que faisant partie d'un tout, La Péquélette, et peut être travaillée différemment.

Je vous propose de rencontrer au fils des jours chacune de ces "personnalités".


Cliquez pour agrandir l'image

Dernier décuvage.

mardi 4 novembre 2008, 19:55

Pour une fois, quelques photos plutôt que de longues phrases ...

Vendanges 2008.

vendredi 10 octobre 2008, 07:27

Ca y est, les vendanges sont terminées.

Malgré les pluies incessantes d'août et de début septembre qui ont provoqué par endroit la pourriture de quelques grappes, les raisins sont maintenant à l'abri en cuve.

Même en année difficile (grêle, mildiou, oïdium, pourriture ...), notre mot d'ordre reste inchangé : tout grain de raisin entrant en cave doit pouvoir être mangé avec gourmandise.

Pour ce faire, on opère un tri rigoureux de la vendange, dans la vigne, lors de la récolte.
Certaines grappes doivent être coupées en deux, d'autres laissées entières sur le sol car trop abîmées ...
Un tri complémentaire de vérification est effectué sur l'érafloir lorsqu'on vide chaque caissette avant l'encuvage.

L'érafloir est un appareil composé d'un peigne en spirale tournant dans un cylindre percé.
Les grappes passent entre le peigne et le cylindre qui séparent les baies ("grunes" en patois de chez nous !) de la rafle (partie verte de la grappe encore appelée "rache" dans nos contrées provençales !)
Erafler permet d'encuver uniquement le fruit et d'éviter ainsi l'apport de tanins trop durs ou trop verts dans le futur vin.

Notre travail dans les vignes tout au long de l'année et la viticulture que nous souhaitons pratiquer ont permis une vendange saine : seulement 10% environ de la vendange n'a pas rejoint la cave.

Actuellement les cuves sont en pleine fermentation.
La cave embaume le raisin qui se transforme...

Chaque cépage exhale un parfum particulier :
Pour les Syrahs c'est la framboise, la mûre, pour les Grenaches, la rose, le loucoum.
Quant aux Mourvèdres c'est le lierre, le poivre ...

La charpente et l'équilibre commencent à se révéler.
Certaines cuves méritent de s'affirmer encore au contact des peaux et des pépins (le marc). D'autres devront être décuvées plus rapidement afin de garder la finesse de leurs tanins.

Le décuvage consiste à séparer le vin nouvellement né du marc qui sera pressé.
On obtient alors trois éléments : le vin dit de goutte, le vin dit de presse et le marc qui sera envoyé à la distillerie pour la fabrication d'alcool.

La moitié du contrat est maintenant remplie (voir le billet "année de foin, année de rien").
Reste à attendre les truffes ...

Cliquez pour agrandir l'image

La presse en parle ...

lundi 8 septembre 2008, 11:52

Voici septembre, les jours diminuent, les nuits sont plus fraîches, les vacanciers sont rentrés chez eux, les enfants ont repris le chemin de l'école, les vendanges se préparent et ... les guides des vins paraissent !

Cette année, cinq citations pour La Péquélette :
   
  • Le guide Hachette des vins 2009 : Une étoile pour le Côtes du Rhône 2006 "Carton rouge".   
  • Le guide des vins à petits prix Gerbelle et Maurange RVF : 14/20 pour le Vinsobres "Emile" 2005.   
  • Le guide des vins de la vallée du Rhône :  Citation de l'ensemble des trois cuvées, Emile 05, Les muses 06, Carton rouge 06.   
  • Cuisine et vins de France spécial vins de septembre : 16/20 pour le Vinsobres "Emile "2006.   
  • Le petit futé des vins de moins de 8.00 euros : Emile 2005 et Carton rouge 2006.

Mon rêve de vigneron n'est pas d'avoir mon nom dans les guides et les journaux.
Mais soyons honnête, une certaine reconnaissance de son travail n'est pas désagréable !

Et, si suite à ces papiers élogieux quelques personnes supplémentaires goûtent les vins de La Péquélette, alors tant mieux !



 
Cliquez pour agrandir l'image

Merci ...

jeudi 4 septembre 2008, 08:32

A lire sur le site "lapassionduvin.com" carte blanche à Jean-Michel COMME régisseur du château Pontet-Canet dans le bordelais à Pauillac.
Jean-Michel COMME

Le calme avant la tempête ...

jeudi 28 août 2008, 20:55

De retour de quelques jours de vacances, je viens de faire un tour du domaine pour renouer le contact avec mes vignes, oliviers et truffiers,  pour me ré-imprégner de leur présence, les ré-apprivoiser après ces quelques jours d'absence.

Les raisins mûrissent lentement, grains après grains...
En mâchant les peaux, on commence à trouver en bouche les arômes du futur moût qui deviendra vin : la mûre pour les syrahs, les épices pour les grenaches ...

A ce moment de l'année, j'ai bizarrement un sentiment d'impuissance, d'angoisse ...

Le travail dans les vignes se termine, un dernier passage de gyrobroyeur pour couper l'herbe entre les rangs, quelques sarments à écimer pour faciliter les vendanges, et puis ...
l'attente ... 

Le travail de l'année va-t-il être récompensé par une belle récolte ?

Ai-je bien fait de traiter à demi-dose en début de saison alors que le mildiou était déjà là ?

Est-ce que mon choix de ne pas écimer les sarments avant la maturité du bois en août, au risque d'avoir parfois une vigne un peu "désordonnée", pour favoriser un mûrissement plus harmonieux des grappes, n'est pas une bêtise une année humide comme celle que nous venons de passer ?

Et si, sur telle parcelle, j'avais agi comme ci plutôt que comme ça, le futur moût ne serait-il pas meilleur ?
Et si la grêle ?
Et si la pourriture ?
Et si, et si ...

Vivement qu'on y soit !

La tête dans la souche, les doigts qui dansent autour des grappes, les remorques pleines de caisses de beaux raisins, les cuves qui commencent à bouillir, les effluves de ce nouveau vin qui est en train de naître ...

Alea jacta est ...


Cliquez pour agrandir l'image

Carte aux trésors

lundi 4 août 2008, 12:55

L'émission "la carte aux trésors" sur la Drôme Provençale et les Baronnies a été diffusée mercredi soir dernier sur FR3.

Si vous n'avez pas pu admirer les magnifiques paysages de notre département, ou bien vouloir les admirer à nouveau ... pas de soucis ! FR3 pense à tout !

Allez jeter un coup d'oeil du côté du site "carteaux tresors.france3.fr".
En cliquant sur "toutes les émissions" puis sur "Drôme" vous pourrez revoir le jeu complet et/ou les meilleurs moments.

N'oubliez pas d'aller faire un petit tour sur le blog de Nathalie SIMON.
La Péquélette est indirectement présente dans son billet consacré à la Drôme...


Cliquez pour agrandir l'image

La Péquélette au Japon.

lundi 28 juillet 2008, 13:51

Il y a quelques temps, j'eus la visite de Mr Koji ABO sommelier conseil d'un magasin de vin à Tokyo, La Vinée.

La Vinée est un magasin spécialisé dans les vins français, situé en plein coeur de la métropole japonaise.

La dégustation des vins se déroula parfaitement : les vins se goûtèrent bien, l'ambiance fût chaleureuse et malgré mon anglais approximatif (!!!), nos échanges, nourris de commentaires gestuels typiquement méditerranéens, enchantèrent mon visiteur.

Tout dernièrement, une commande est tombée ...
Ca y est ! mes vins, Côtes du Rhône et Vinsobres,  partent à la conquête du pays du Soleil Levant ...

  
Cliquez pour agrandir l'image

Voir, analyser, comprendre.

vendredi 25 juillet 2008, 13:13

Trois verbes pour synthétiser ma vie de paysan.
Et un quatrième qui encadre les trois autres : apprendre !

Apprendre à voir.
Rentrer dans une vigne et voir ce qui va, ce qui ne va pas :
Tel cep qui végète ou tel autre qui développe des pousses anarchiques,
la terre plus caillouteuse d'un côté du champs que de l'autre,
les herbes, légumineuses ici, graminées là-bas ...

Et puis passer entre les rangs, "sentir" la parcelle.
Est-elle en bonne santé ? Les maladies de bois (Esca, Eutypiose, bois noirs...) sont elles en régression ou au contraire en progression ?

Apprendre à analyser.
La météo de l'année, les différents travaux réalisés durant la saison sont autant d'éléments à rajouter aux observations faites précédemment.

Certaines analyses sont simples à faire :
Les chardons sont abondants dans ce rang de vigne : c'est le résultat du travail d'un sol argileux encore humide après une pluie.

D'autres, plus délicates, demandent plus de finesse et de connaissances :
Cette vigne qui végète alors que poussent en abondance des herbes indiquant une forte présence d'azote ou encore ce sol très riche en matière organique mais qui n'arrive pas à la digérer...
Il faudra insister un peu sur les applications de préparats biodynamiques (Bouse de corne et compost de bouse Maria Thun).

Apprendre à comprendre.
Mon travail de paysan, d'éleveur de vignes et de vin, est d'accompagner mes parcelles, ceps, oliviers et truffiers vers un équilibre qui leur permettra de donner le meilleur d'eux même.

Passer sa vie, année après année, à comprendre sa terre,
c'est certes ambitieux mais c'est la raison d'être d'un paysan.

   
Cliquez pour agrandir l'image

Monter aux plaines !

mercredi 16 juillet 2008, 20:42

Sur les hauts de Vinsobres, il est un quartier que l'on nomme les plaines.

Cela peut paraître bizarre, mais à Vinsobres, lorsqu'on se rend dans ce quartier on dit "monter aux plaines" !

Ce plateau, car c'est un plateau en réalité, surplombe au Sud la vallée de l'Aygues (rivière torrentueuse qui coule au bas de Vinsobres) et au Nord la plaine de l'enclave des Papes.

L'enclave des Papes est une bizarrerie administrative locale : un morceau de Vaucluse (quatre communes : Valréas, Grillon, Visan, Richerenches) coincé dans notre département de la Drôme.

Sur les Plaines, la vigne se partage l'espace avec le blé, les chênes truffiers et surtout le lavandin.

La récolte des fleurs de lavandin va commencer.

Aujourd'hui on récolte avec une machine qui broie les tiges et les fleurs avant de les envoyer dans une remorque.

Hier, c'était la lieuse, qui coupait les tiges et les rassemblait en gerbes que l'on laissait sécher quelques jours avant de les ramasser à la fourche et de les envoyer d'un coup sec sur le haut des remorques.

Enfant, avec mes frères et soeurs, notre plaisir était de ramener à la maison une de ces gerbes, tombée des remorques et ramassée  dans le fossé en bord de route.
Nous égrenions alors, les fleurs de lavande avant de les mettre en sachets de tissu coloré  pour parfumer les placards à linge.


Cliquez pour agrandir l'image

La Truffe, La Péquélette et la télévision.

mardi 15 juillet 2008, 14:04

Mercredi 30 juillet prochain, sur FR3 à l'occasion de l'émission-jeu "La carte aux trésors" : La Drôme provençale !

Durant deux heures, vous seront présentées des images des montagnes, des truffières et du vignoble des Baronnies ainsi que quelques commentaires avisés sur la truffe et la trufficulture.

Une partie de l'émission se déroule à Vinsobres et se termine à La Péquélette par une séance de cavage (récolte de truffes) épique :
Le chien, Sacoche, terrorisé par le vacarme des hélicoptères et les "encouragements" de la candidate, ne savait plus ou donner de la truffe !



 
Cliquez pour agrandir l'image

Année de foin, année de rien ...

lundi 16 juin 2008, 14:45

Faut-il prêter attention aux dictons et autres maximes populaires de nos campagnes ?

2008, année à treize lunes, année bissextile ... année porteuse de tous les maux de la terre ...

Les abricots ont gelé alors qu'ils étaient encore en fleur, les cerises ont éclaté sur l'arbre avant maturité, les foins sont coupés mais pourrissent au sol avant d'avoir pu sécher, la grêle est déjà tombée deux fois sur la commune ...

J'espère pouvoir terminer cette énumération en fin d'année par de bonnes nouvelles :
  • Belles vendanges 2008, promettant de grands vins pleins de fruit et de fraîcheur.
  • Belle récolte de truffes, promettant de bons moments autour d'une table ...


Cliquez pour agrandir l'image

Après la pluie le beau temps ...

mercredi 4 juin 2008, 08:00

Lorsqu'il pleut, on ne devrait pas se plaindre !

La pluie c'est la vie !

La végétation s'épanouit, les rivières et les ruisseaux se remplissent, les nappes phréatiques gonflent.
Il y a tant de pays et de régions où les hommes attendent la pluie !

Aujourd'hui, le ciel est dégagé, le Mistral s'est remis à souffler, et malgré mes premières phrases,  je suis content !

L'inquiétude commençait à me gagner : les vignes débutent la floraison et la pression du mildiou est bien réelle.

Mildiou : champignon qui apprécie tout particulièrement les temps chauds et humides pour se développer, et qui peut causer énormément de dégâts si on le laisse faire.

En agriculture biologique, seul le cuivre est autorisé pour lutter contre sa prolifération.
Cependant, on doit éviter de l'employer sur les fleurs au risque de les "brûler" et de compromettre la récolte future.

Heureusement le Mistral est là !
En balayant les gros nuages noirs et en séchant notre atmosphère le mildiou devra attendre de nouvelles pluies ou rosées pour continuer son développement.

D'ici là, la floraison sera terminée, et je pourrais reprendre la protection de mes vignes au cuivre.
 
Cliquez pour agrandir l'image

Un commentaire ?


         
Cliquez sur le bouton pour m'écrire




Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 6 décembre 2016